Le ‘workation’ offre encore plus de flexibilité

(photo:  <a href='https://nl.123rf.com/profile_annatamila'>annatamila</a> - 123RF)
(photo: annatamila - 123RF)

Travailler à distance est déjà bien établi. Cela signifie que le télétravail à l'étranger est également une option réaliste. Joël Poilvache, Directeur chez Robert Half, leader mondial dans le recrutement spécialisé : « Avec le télétravail à l'étranger, de nombreuses entreprises voient une opportunité d'offrir la prochaine étape de la flexibilité. Cela peut être un format intéressant pour les employés pour travailler et conserver encore un peu plus longtemps ce sentiment de vacances ».

Là où le travail hybride se traduit généralement par le travail à domicile ou le travail dans un espace de coworking dans leur propre pays, pour certains, un «workation» - une combinaison de travail et de vacances - est également une option attrayante.
« Le workation devient effectivement plus populaire car le télétravail offre la possibilité de travailler à partir de n’importe quel endroit. En tant qu’employeur, il est important d’anticiper les questions venant d’employés ou de candidats et de les sensibiliser à ce que cela implique. Analysez ce qu’il est possible de faire dans votre entreprise et développez une politique de travail hybride claire, que ce soit local ou à l’étranger. De cette manière, les deux partis savent à quoi s’en tenir », explique Joël Poilvache, Directeur chez Robert Half.
La possibilité de combiner le travail avec des moments agréables ou de détente explique l’attractivité du workation. Des règles claires sont indispensables afin de ne pas brouiller la frontière entre travail et détente. Les employeurs doivent prendre le rôle de conseiller, afin de s’assurer que l’employé puisse suffisamment se déconnecter de son travail.

Employeur attractif
La possibilité de télétravailler à l’étranger peut booster l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Il est crucial pour l’employeur de s’assurer que cette manière de travailler soit tenable pour l’employé en question, l’équipe ainsi que l’organisation.
« Sur le marché du travail actuel, qui est tendu, la demande de toute forme de flexibilité est très élevée et chaque petite chose peut aider. Si, en tant qu’employeur, vous offrez la possibilité de télétravailler à l’étranger, cela vous procurera un avantage compétitif fort et non-négligeable », selon Joël Poilvache.

Points d’attention
Les points d’attention les plus importants sont les assurances et la sécurité sociale. Le télétravailleur est couvert par l’assurance accidents du travail de l’employeur lorsqu’il travaille de chez lui, pour autant qu’il existe un document entre les deux partis qui assure ceci. En cas de télétravail à l’étranger, l’employeur doit vérifier si son assurance couvre également les accidents du travail/télétravail à l’étranger et, le cas échéant, l’étendre. Pour être tout à fait en ordre sur ce point, un accord écrit autorisant le télétravail à l’étranger est donc recommandé.
En matière de sécurité sociale, le travailleur n’est soumis à la sécurité sociale que d’un seul État membre. Si le séjour à l’étranger ne dépasse pas 6 mois, l’affiliation à la sécurité sociale belge pourra en principe être maintenue.
Il est conseillé de prévoir dans la politique (ou l’avenant) de télétravail une mention qui indique que l'employé ne peut télétravailler qu'occasionnellement à l'étranger. Un avenant sur la durée du séjour à l'étranger est également recommandé.

Eduard Codde
13-07-2022



Copyright © 2022 Business Interactive Media
Contact us :

Designed by ICI Solutions