La transition vers la voiture électrique est semée d'embûches

Le « Baromètre 2022 d’Arval Mobility Observatory » annuel, publié fin mai par la société de leasing Arval, a révélé de nombreux obstacles qui entravent la transition des flottes automobiles vers la conduite électrique.La société de leasing Arval gère plus de 85.000 véhicules en Belgique. L'enquête a été menée auprès de 301 gestionnaires de flotte belges issus de divers secteurs et d'organisations de tailles différentes.

Il n’était pas possible de détecter parmi les participants à l'étude une anomalie majeure en termes de motivation à passer à la conduite électrique (partielle). Les gestionnaires de flotte ont évoqué, à parts à peu près égales, le moindre impact sur l'environnement, les raisons fiscales, les initiatives de RSE, l'amélioration de l'image ainsi que l'anticipation opportune de restrictions gouvernementales encore plus poussées.
Six gestionnaires de flotte sur dix voient encore de nombreux obstacles pour offrir aux collaborateurs des voitures entièrement électriques d'ici 2025. Par exemple, 28% indiquent qu'il n'y a pas de solution de recharge au domicile des salariés, 24% pensent que la différence de prix par rapport aux autres types de motorisation est trop importante, et 22% continuent de se demander s'il y aura suffisamment d'options de recharge sur la route pour répondre aux besoins du public. De plus, 22 % des gestionnaires de flotte indiquent qu'il n'y a pas (encore) de bornes de recharge disponibles dans leurs bureaux.
Yves Ceurstemont de l'Observatoire de la mobilité d'Arval : « Parmi les entreprises utilisant ou ayant l’intention d’utiliser des BEV, près de sept entreprises sur dix déclarent envisager l’installation à court terme de bornes de recharge sur leur site, tandis que quatre entreprises sur dix envisagent également de financer partiellement l’installation d’une borne chez leurs collaborateurs. D’importantes différences en matière de polices d’entreprise sur les bornes de recharge ont été mises en avant dans les entreprises où sont déjà utilisées des voitures électriques. Cela va de la recharge gratuite à la recharge payante au travail, en passant par l’installation gratuite d’une borne de recharge chez le collaborateur ou à l’installation aux frais de ce dernier ».

Solutions de mobilité multimodale
Selon le « Baromètre 2022 d’Arval Mobility Observatory », près de 2 entreprises sur 3 proposent aujourd'hui au moins une solution de mobilité en plus de la voiture de société. Cela concerne le leasing/partage de vélos, une flotte de véhicules d'entreprise partagée, le budget mobilité, etc.
14% des entreprises interrogées pensent vouloir l'ajouter à l'offre de leurs salariés dans les 3 prochaines années. Cela signifie que 74% des entreprises auront développé une offre de mobilité alternative d'ici à 3 ans.
28% d'entre eux voient la possibilité que le budget mobilité puisse remplacer une partie de la flotte actuelle de véhicules d'entreprise. Les gestionnaires de flotte attendent moins des autres alternatives lorsqu'il s'agit de remplacer les voitures de société.

La télématique
Le baromètre montre également que 28% des organisations interrogées équipent (une partie de) leurs véhicules en télématique. La raison principale (44 %) est la sécurité et la possibilité de localiser les véhicules. En outre, un quatrième déclare utiliser la télématique pour éviter une utilisation non autorisée (en vertu, par exemple, à la réglementation fiscale).

Eduard Codde
17-06-2022



Copyright © 2022 Business Interactive Media
Contact us :

Designed by ICI Solutions