Les employés Belges souhaitent travailler 50% du temps à domicile

En mars 2022, SD Worx a interrogé 10.000 employés dans 10 pays européens, dont 1.098 Belges, sur leurs préférences et leurs opinions quant à l'organisation du travail après la crise sanitaire. Seule une minorité - 5,1% - des participants belges souhaite encore retourner au bureau tous les jours ! Parmi les répondants belges, 43% sont convaincus que leur emploi leur permet de télétravailler. Les Espagnols sont les plus susceptibles de vouloir travailler à domicile, avec les Finlandais et les Britanniques.

En ce qui concerne la répartition idéale entre travailler à domicile et présence au bureau, le salarié belge se situe au milieu, avec les Italiens, les Allemands et les Suédois. La majorité des Belges préfèrent travailler 2,5 jours à domicile. En pratique, il s'agit donc de deux ou trois jours.

Les travailleurs français et néerlandais préfèrent travailler à domicile deux jours par semaine, tandis que les Espagnols, les Finlandais et les Britanniques disent vouloir travailler à domicile trois jours par semaine. En Espagne, un quart d'entre eux souhaitent même travailler à domicile cinq jours par semaine.

Vendredi et lundi à la maison
Le jour préféré pour travailler à domicile est le vendredi, suivi du lundi. Les arguments en faveur de cette répartition "idéale" des tâches semblent être avant tout un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée (79%), mais aussi une productivité accrue pour les tâches individuelles (66%) et la coopération avec les autres (60%).

Pas moins de trois quarts des répondants belges ont indiqué une ou plusieurs journées idéales. Le mardi et le jeudi sont les jours les plus appréciés pour revenir au bureau (>80%). Le mercredi et le lundi suivent pour environ un Belge sur trois chacun. En revanche, elle n'a pas d'importance pour 38,5% des personnes interrogées.
Katleen Jacobs, consultante chez SD Worx : « Bien sûr, il existe des différences individuelles. Les employeurs sont confrontés à un casse-tête avec leurs équipes, afin qu'une attention suffisante soit accordée à l'autonomie supplémentaire, d'une part, et à la cohésion de l'équipe, d'autre part. »

Concluez des accords clairs
Près de la moitié des Belges (46%) déclarent que leur employeur autorise le télétravail. La Belgique obtient le meilleur score parmi les dix pays européens étudiés dans le cadre de cette étude.
Katleen Jacobs : « Il ne sert à rien de venir au bureau si vous devez travailler sur un dossier ou répondre à des e-mails toute la journée. Environ la moitié des travailleurs ont tendance à travailler plus longtemps et subissent une pression pour être disponibles à tout moment. Dès lors, il s'agit également d'établir des accords clairs : quand quelqu'un doit-il être disponible, de quelle manière, quand faut-il répondre ou non aux courriels, etc. La tâche des employeurs est certainement de sensibiliser les salariés et les cadres à ce sujet. L'interprétation concrète se traduira souvent en une application personnelle. Pour certains cela donne de fait une tranquillité d'esprit de terminer cet e-mail tard dans la nuit, pour d'autres non ».
Eduard Codde
24-05-2022



Copyright © 2022 Business Interactive Media
Contact us :

Designed by ICI Solutions