Événement IFMA - perspective européenne du lieu de travail de demain

(Photo : <a href='https://nl.123rf.com/profile_peshkov'>peshkov</a> - 123RF)
(Photo : peshkov - 123RF)

Le 26 avril 2022, le chapitre belge de l'IFMA organisait en ligne une table ronde avec quatre experts internationaux du domaine de la stratégie sur le lieu de travail. Le modérateur Anton Maes, WeHUB Leader Belgium, expert en gestion du changement, travail hybride et développement stratégique du lieu de travail, a présenté au panel un large éventail de questions relatives au lieu de travail de demain.

Comment les organisations voient-elles leur espace de bureau après la crise sanitaire ?
Céline Chaverot, Paris, France, a été activement impliquée dans la recherche académique sur l'avenir du travail, ainsi que dans le développement de solutions innovantes pour améliorer le bien-être au travail : on prend de plus en plus conscience que le bureau n'est plus adapté aux nouvelles méthodes de travail. Le travail à domicile a largement fait ses preuves ces deux dernières années. Bien qu'il diffère d'un pays à l'autre, le bureau est souvent encore explicitement vécu comme un lieu de travail, tandis que la maison est considérée comme un espace de vie.

Martin Ruppe, Vienne, Autriche, Facility Management & IWMS Consultant chez ERSTE GROUP - OM Objektmanagement GmbH. Il est We HUB Leader Europe, expert en stratégie d'espace de travail et en Facility Management : la décision semble logique de réduire le nombre de mètres carrés maintenant que moins de personnes viennent au bureau, mais la conception et l'utilisation du bureau déterminent ce choix. La réduction des effectifs ne peut pas être un choix général, car la qualité du lieu de travail doit primer et cela n'est pas compatible avec moins de mètres carrés. Ce qui est certain, c'est que le travail concentré sera de plus en plus une activité domestique.

À quoi ressemble le lieu de travail du futur ?
Martin Ruppe (Autriche) : plus de 40 % des travailleurs sont mécontents de leur exclusion du bureau à la suite de la pandémie de la Covid-19. Ils le vivent comme une dilution des liens avec leur organisation. D'autre part, il est difficile pour les organisations de faire revenir les employés. Ils devront trouver de bonnes argumentations.

Céline Chaverot (France) : il y a des différences entre les générations. Les jeunes manifestent un plus grand besoin de rencontrer leurs collègues et de créer des liens avec l'entreprise. Ils seront donc plus enclins à venir au bureau. De nombreuses personnes n'ont pas ou pas suffisamment de possibilités de se concentrer à la maison et donneront également une préférence à l'environnement de bureau. À Paris, du fait des conditions de vie, on assiste à un succès grandissant des tiers-lieux comme lieu de travail.

Clark Elliot, Genève, Suisse, consultant en stratégies de travail chez AWA Advanced Workplace Associates. Il est psychologue social avec plus de trente ans d'expérience dans l'évolution du lieu de travail dans un contexte international : les grandes entreprises technologiques sont déjà très favorables aux tiers-lieux comme espace de travail. Les bureaux satellites peuvent tout aussi bien remplir ce rôle. La situation individuelle de vie et de mobilité déterminera en grande partie le succès des tiers-lieux en tant qu'espaces de travail.

Marisa Toldo, Berlin, Allemagne, fondatrice du cabinet de conseil Space Your Place qui transforme le bien-être par l'optimisation de l'espace de travail et architecte : pour certains, le bureau est absolument impératif comme lieu de concentration. Plus que jamais, la flexibilité de l'offre de lieux de travail est requise. Les bureaux doivent connecter les personnes et les organisations.

Les entreprises sont-elles prêtes pour le travail hybride ?
Martin Ruppe (Autriche) : la plupart des entreprises sont techniquement prêtes. Des améliorations sont requises dans le domaine du comportement hybride et de la collaboration. Nous devons apprendre de deux ans de virus Corona. Hybride ou pas hybride, que voulons-nous faire ? Les gens doivent être formés et dirigés pour permettre le fonctionnement du travail hybride.

Clark Elliot (Suisse) : nous sommes aujourd'hui dans une phase expérimentale. Chaque réunion est désormais hybride. Les gens doivent être formés pour cela.

Marisa Toldo (Allemagne): les jeunes attachent de l'importance à ceux qui les emploient, à leur place dans l'organisation. Bien qu'un environnement de travail entièrement digital puisse également connecter s'il est bien organisé, les réunions régulières en présentiel sont indispensables.
Eduard Codde
29-04-2022



Copyright © 2022 Business Interactive Media
Contact us :

Designed by ICI Solutions